Les temps modernes


De la ville seigneuriale à la cité marchande

 

Les temps Modernes marquent l’apogée de la ville de Laval. Au 16è siècle, elle connaît un essor démographique et économique sans précédent lié au retour à la paix qui suit la guerre de 100 ans. A cette époque, la cité est peuplée par 11 000 habitants, soit autant que la ville du Mans.

 

Laval entame une phase de reconstruction aussi bien grâce à l’impulsion de ses seigneurs, Guy XVI et Guy XVII que par le biais de la bourgeoisie marchande ayant fait fortune dans le commerce de la toile de lin.

Cette expansion est freinée par les guerres de religion avant de reprendre au début du 17è siècle. Laval s’inscrit alors dans le grand mouvement de la Contre-Réforme et s’entoure d’une ceinture de couvents : les Capucins sur les hauteurs de Bel Air, les Ursulines au-delà de la porte Beucheresse ou encore les Bénédictines sur l’actuelle place de Hercé.

 

Dans ce contexte se développe aussi un véritable engouement pour l’art du retable dont les familles Corbineau, Houdault et Langlois sont les fers de lance. Le commerce de la toile de lin poursuit sont développement grâce à la mise en état de navigabilité de la Mayenne qui leur offre des débouchés économiques par delà les frontière du pays.

Les terrains plats situés sur la rive gauche de la Mayenne reçoivent des blanchisseries qui oeuvrent à la réputation de blancheur des toiles de lin lavalloises.

 

Lorsque la Révolution Française éclate, Laval en est considérée comme le principal pôle exportateur français. La rivière permet aussi des échanges commerciaux avec la vallée de la Loire pour d’autres produits.

Les gabarres, embarcations à fond plat, partent de Laval chargées des fers de Chailland ou de Port-Brillet, de marbres roses et noirs d’Argentré et de Saint-Berthevin. Elles reviennent d’Anjou avec du tuffeau, des ardoises ou encore du vin.

 

Le seul point noir de ce tableau reste l’urbanisme. En 1789, les observateurs notent que la ville a du mal à sortir de son carcan médiéval et à s’adapter aux contraintes du monde moderne.

 

(Cliquez sur les vignettes pour consulter la fiches des monuments)