• Accueil
  • |
  • L’époque contemporaine
  • |

L’époque contemporaine


Une ville entre tradition et modernité

 

La ville de Laval connaît de profonds bouleversements économiques et sociaux à partir de la révolution Française.

Son industrie principale, le commerce des toiles décline fortement sans que l’industrie des cotonnades, faute d’investissement puisse prendre le relais de manière satisfaisante.

Seul, le volontarisme municipal, l’aide de l’État et l’arrivée du chemin de fer (1855) qui draine hommes et matières premières issues du monde agricole vers la capitale, permettent alors au nouveau chef lieu du département de la Mayenne de profiter des premiers bien faits de la révolution industrielle.

La ville compte ainsi près de 30 000 habitants au seuil de la seconde guerre mondiale dans un département qui perd la moitié de ses habitants en 100 ans. Les Trente glorieuses vont être l’occasion d’un renouveau pour la ville.

 

L’action déterminée de ses maires (Francis Le Basser et Robert Buron notamment), la volonté de décentraliser des industries de pointe dans l’ouest Français, le développement de la sous traitance automobile et de l’agro-alimentaire vont permettre la mise en place d’un nouveau modèle de croissance qui saura se renouveler tout au long du 20ème siècle.

La population du bassin Lavallois connaît alors un spectaculaire développement qui profite à la ville centre (plus de 50 000 habitants) mais aussi désormais à sa périphérie (près de 40 000 habitants). Ces mutations ne sont pas sans conséquences sur le modèle urbain lavallois. Ainsi jusqu’aux années 30, la ville doit, pour croître, viabiliser son ancienne vallée inondable aménagée le long d’une grande traverse néoclassique est/ouest qui évite désormais le centre ancien en déprise économique.

 

La deuxième partie du siècle sera marqué par un fort développement des quartiers périphériques destinés à accueillir une population attirée par l’industrie et les services. Les Fourches, Saint Nicolas, puis le Bourny sont les premiers quartiers résidentiels issus de cette révolution de « l’habiter », aujourd’hui en question.

 

(Cliquez sur les vignettes pour consulter la fiche des monuments)